Nos déchets on en est où? Quelles évolutions à noter sur les dernières années?

Deux rapports sortis récemment et consultables en ligne nous dévoilent les derniers chiffres et l’évolution du secteur.
La production de déchets en France?

Conformément à la réglementation européenne, la France présente tous les deux ans son rapport sur les déchets. Ainsi, les chiffres présentent le bilan 2018 et nous permettent une comparaison avec 2016. 

Le Ministère de la transition écologique qui s’occupe de la question présente dans sa note de juin 2021 les informations au niveau national. Nous pouvons retenir, que pour une année

  • La France produit 343 millions de tonnes de déchets, soit une augmentation de 6,4% par rapport à 2016 

Mais attention à bien comprendre les chiffres. On distingue 3 catégories principales de déchets, 343 M de tonnes ce sont à

  • 69% de déchets minéraux ( majoritairement de la construction) 
  • 28% d’autres déchets non dangereux (incluant les déchets type ménagers) 
  • 3% de déchets dangereux 

Ainsi, le volume de déchets représente 5,1 tonne par habitant au total, nous plaçant au second rang du classement européen (moyenne européenne des 28 à 5,1 T par habitant). Cependant, hors déchets minéraux nous sommes à 1,6 tonne par habitant et par an. 

Notre augmentation de production est essentiellement due à l’augmentation de la production de déchets du secteur de la construction: + 7,1% sur la période. Ce secteur est à l’origine de 70% des déchets. 

Pour les ménages nous notons une évolution de +2,5% sur la période. 

Notons sur la période que 66% des déchets tous secteurs confondus sont recyclés en France, soit +1% par rapport à 2016 alors que la moyenne européenne se situe à 49%. Le destin des déchets n’est pas le même selon les pays de l’UE.

Maintenant que nous avons replacé les chiffres au niveau national, précisons les données à l’échelle de notre territoire: la Région Auvergne Rhône Alpes.

Nous focaliserons les données ci-dessous sur les déchets dit des ménages et assimilés (DMA) qui font partie des 28% des autres déchets non dangereux mentionnés ci-dessus.

Les données datent de 2019 et résultent du rapport du SINDRA: Observatoire des déchets en Auvergne-Rhône-Alpes. 

Qu’est-ce que l’observatoire SINDRA?

Créé en 2000, Sindra est l’observatoire régional des déchets en Auvergne-Rhône-Alpes. Son rôle est de produire et diffuser des informations aux niveaux local et régional pour favoriser une meilleure cohérence des politiques engagées sur l’ensemble du territoire régional et susciter une complémentarité entre territoires. L’observatoire travaille à partir des données fournies par les collectivités et les acteurs de la «filière déchets» régionale. 

Il produit des analyses, des restitutions agrégées, des cartographies, au service de la Région, autorité planificatrice en matière de déchets et d’économie circulaire, de l’ADEME et de l’ensemble de ces acteurs publics et privés. Il est l’outil de suivi du volet déchets du Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET)

Toutes les informations sur le SINDRA : https://www.sindra.org 

Le SINDRA a 3 missions principales :
  1. Collecter des données et produire des indicateurs
  2. Diffuser de l’information
  3. Etre un lieu d’échange entre acteurs

Ainsi, le dernier rapport du SINDRA présente les chiffres clés de 2019 et nous propose une comparaison avec 2010 ce qui permet de suivre la tendance des évolutions du secteur. 

Source: Rapport SINDRA 2021

Ainsi chaque année c’est 543KG de DMA (déchets ménagers et assimilés) qui sont collectés par habitant. le volume est en diminution mais lentement. l’objectif à l’horizon 2031 est de 494kg. Ces déchets sont pris en charge et on note: 

  • 25% partent à l’enfouissement 
  • 48% valorisation matière 
  • 27% valorisation énergétique 

L’objectif global est clair et l’ensemble des acteurs travaillent à la réduction du tonnage annuel. Au niveau de la gestion des déchets il est important de souligner que ce sont les EPCI (communautés de communes) qui en ont la compétence. Elles réalisent donc la collecte de ces déchets via 3 biais: 

  • en déchetterie : 1,8 Million de tonne sur 2019
  • en collecte sélective (conteneurs verre, journeaux…) : 688 mille tonne 
  • en collectes ménagère : 1,81 million de tonne sur l’année 

L’évolution est de +5% depuis 2010 pour un total en 2019 de 4,3 MT collectés mais rapporté au nombre d’habitant nous sommes à -1KG depuis 2015. L’évolution visant à réduire de 50KG par habitant à l’horizon 2031 ce volume est ambitieux.  

Elles doivent donc travailler à mettre en place des solutions visant la réduction. Plusieurs leviers d’action s’offrent à elles

  • la réduction à la source via la promotion des éco-conception, viser moins de matière
  • augmenter les flux évités via le compostage par exemple, l’achat responsable, modification des comportements 
  • les flux détournés que constituent le réemploi et la réutilisation comme les recycleries/ resssourceries 

On agit ici à la source avant les collectes, on parle ici de prévention. La prévention procure des gains à la fois environnementaux (réduction des consommations de matières premières, d’énergie et d’émissions de gaz à effet de serre), économiques (réduction des charges liées aux achats de matières premières et à la gestion des déchets), et sociaux (création d’emplois et développement de réseaux associatifs).” Source SINDRA 2020. 

Les projets comme celui de la R’mize est donc plus que pertinent dans notre environnement actuel et participe à l’effort collectif. Il agit comme outil indispensable, participant globalement à la réduction des déchets. 

Source: Rapport SINDRA 2021

Ainsi, en 2019 ce sont 56 recycleries qui ont été recensées sur la Région AURA: 39 d’entre elles ont participé à l’enquête et révèlent que les tonnages entrants sur ces sites s’élèvent à 9 740t/an. le traitement par ces unités indiquent que 87% de ces tonnages sont réemployés ou valorisés (dont 47% en réemploi et 38% en recyclage matière). 

Source: Rapport SINDRA 2021 

Enfin il faut souligner les évolutions positives: 

 – 56% de déchets incinérés sans valorisation énergétique par rapport à 2010.

1,746 Mt de déchets ont été incinérés dans les incinérateurs de la région. On constate une stabilité des tonnages incinérés depuis 2015. 6,6% de ce tonnage a été incinéré sur des incinérateurs sans valorisation énergétique, soit une baisse de -56% par rapport à 2010.

Plus de 108 plateformes de compostage et de sites de broyage qui ont été utilisés en 2019. Près d’un million de tonnes de déchets ont été traités sur ces plateformes. Plus de 55% de ces déchets correspondent à des déchets verts. 

Source: Rapport SINDRA 2021

– 20% De déchets non dangereux non inerte enfouis par rapport à 2010. 

L’Objectif du SRADDE (1) est de réduire l’enfouissement des déchets non dangereux non inertes admis en ISDND (2) de 50 % dès 2025 par rapport à 2010

6 méthaniseurs territoriaux traitant des déchets des collectivités et  75 autres installations ont fonctionné

C’est près de 170 000 tonnes de déchets traités. 

  • 55 626 tonnes de biodéchets (déchets alimentaires et déchets verts). 
  • 7 350 tonnes de déchets verts 

Les déchets alimentaires et les déchets verts ne représentent qu’une très faible part des entrants en usine de méthanisation.  La quantité de biodéchets méthanisés a plus que doublé entre 2016 et 2019.

Source: Rapport SINDRA 2021

En conclusion

Le traitement des déchets est un enjeu environnemental mais également économique et social majeur. Des efforts sont consentis et des moyens sont mis à disposition pour atteindre les objectifs fixés mais les évolutions sont lentes. 

En mettant sur pied des projets visant à prévenir le volume de déchets, on participe à cette politique globale et on dote le territoire de moyens pour améliorer les résultats. 

Les projets de recyclerie ont prouvé leur impact et leur utilité. Dans un monde aux ressources finies, des solutions pertinentes doivent se déployer sur le terrain.  

Sources :

https://www.sindra.org/wp-content/uploads/2021/09/Plaquette_SINDRA_Generale_2021.pdf

https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/bilan-2018-de-la-production-de-dechets-en-france